Une réussite vue par une intervenante

Fotolia_13807809_XS-300x225

 

Au quotidien, plusieurs personnes viennent au Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais (CJEO) recevoir des services et leur réussite peut prendre plusieurs formes. L’histoire qui suit est une histoire vraie, une réussite vraie… perçue par une intervenante.

En décembre dernier, une conseillère est appelée à rencontrer un client chez un partenaire de la région. Vivant des obstacles importants face à son intégration, Pascal, nomme vouloir occuper un emploi stable qui tiendra compte de ses limites physiques. Il a déjà occupé un travail dans le domaine de l’entretien ménager, pendant 5 ans, et a aussi travaillé 3 ans comme commis dans une épicerie. Prestataire de l’assistance-emploi depuis un long moment, il est le père d’une fillette qui ne fréquente aucun milieu de garde. Il a connu une expérience peu positive des bancs d’école, et Pascal n’a aucun désir d’y retourner.

À l’évaluation des besoins, Pascal accepte de participer au programme « Destination emploi ». Rapidement, il évoque des obstacles pour se mettre en action, notamment au niveau du transport. Pascal mentionne : « J’ai un permis de conduire et une voiture en bien mauvais état. Ça m’a pris 3 ans à apprendre le trajet en autobus, de Hull à Aylmer, sans me perdre ». La conseillère constate son anxiété et lui propose de l’accompagner.  Elle lui fixe un point de rencontre et elle prend l’autobus avec lui en direction du CJEO. Tout au long du parcours, il doit prendre trois autobus différents pour s’y rendre, il prend des notes, identifie des points de repère. Arrivée à destination, Pascal dit « Je préfère que tu viennes avec moi pour le retour », ce qu’elle fit, et suite à cela, Pascal a été capable d’assumer ses déplacements en autobus et ainsi développer son autonomie.

Pascal a de sérieux défis de santé. Il a subi deux opérations aux hanches à l’âge de 14 ans pour lesquelles il conserve des séquelles : douleurs intenses et persistantes, difficulté à se déplacer, prise de médicaments de moins en moins efficaces, difficulté à monter et descendre l’escalier, lenteur dans ses déplacements, douleurs arthritiques et problèmes de dentition importants. Pascal est peu positif devant une amélioration de sa qualité de vie!

La conseillère utilise différents moyens que le CJEO a à sa disposition pour soutenir Pascal dans sa mise en action et reconstruire son estime de lui-même. Il reçoit de l’argent de la Fondation du CJEO pour s’acheter des vêtements adaptés pour sa recherche d’emploi. Dès l’achat de nouveaux vêtements, la conseillère observe une augmentation de la confiance chez le client.

En rencontres individuelles, plusieurs sujets sont abordés comme la perte de poids, l’alimentation, la mise en forme et les orthèses plantaires. Il est d’accord avec les suggestions. Il accepte de rencontrer l’intervenant de l’ACEF en lien avec les agences de recouvrement et de rencontrer une intervenante à l’École de l’argent pour travailler son budget et régler son dossier de crédit, ce qui lui offre de nouveaux choix.

Pascal est assidu et arrive vers 8 h 15 tous les matins. Il arrive même à relever un autre défi, celui de prendre son véhicule pour venir au CJEO. Il est présent aux ateliers. Il est tout souriant et fier de lui.Pascal est très actif dans sa recherche d’emploi. Il souhaite travailler comme commis dans un dépanneur et est admissible pour une subvention salariale. Pour aider Pascal dans ses démarches, il est convenu avec l’agent d’Emploi-Québec, de prolonger sa démarche. La conseillère poursuit donc son encadrement et lui demande de se présenter au CJEO trois matins par semaine pour le garder actif et motivé dans sa recherche d’emploi.

L’anxiété de Pascal refait doucement surface, car il hésite à quitter l’aide de derniers recours pour conserver son carnet de réclamation, qui défraie entre autres, le coût de ses médicaments. La conseillère et l’agent d’Emploi-Québec le rassure et lui mentionne qu’il conservera son carnet de réclamation, et ce, même en occupant un emploi pour environ 6 mois, voire plus longtemps selon son dossier.

Pascal réussit et décroche l’emploi comme commis de dépanneur. Il est formé à la tâche et aura entre 25 h et 40 h par semaine. Son intégration est réussie, il a le poste! Il débute son quart de travail à 22 h. Il s’y rend même bénévolement à 20 h pour bien faire son travail.Pascal est très fier de lui. Il a toujours voulu travailler et mériter son salaire.

On dit au CJEO que chaque jeune est unique en lien avec sa situation, ses besoins et sa réalité! L’intervenante, qui s’est investie auprès de Pascal, a donné un sens à cette unicité de Pascal. Toutes les petites et grandes interventions ont fait la différence pour la réussite de Pascal, que ce soit les déplacements en autobus, l’accompagnement pour l’achat de vêtements, les appels vers les spécialistes, bref, des actions adaptées pour LUI!

C’est ce qui lui a donné les clés de son succès!!! Tu aimerais, toi aussi, être aidé? Téléphone-nous au 819 561-7712.


« Retour aux témoignages